James Coignard, « Demoiselle de Vertu »